Login/Register

CRPTrad

Connexion

le premier hommage à Gérard Encausse Papus: Révision

Sédir

Adieu Papus

Voici, pour la première fois, le texte intégral de l'adieu prononcé par Paul SEDIR sur la tombe de Gérard ENCAUSSE «PAPUS» :

 

Nous ne pouvons pas, Mesdames et Messieurs, accompagner à sa dernière demeure celui qui fut pour la plupart d'entre nous un Maître très sage et un Ami véritable, sans lui dire tout haut les sentiments de reconnaissance et d'affection qui jaillissent silencieusement de nos coeurs.

 

Pendant de longues années, trop courtes hélas ! nous avons eu sa parole affectueuse et la bonhommie charmante sous laquelle son humilité cachait des trésors de science et des dons admirables. Pendant des années, il nous écouta patiemment, oubliant ses propres inquiétudes pour se pencher sur nos chagrins ; pendant des années, il ne différa jamais de secourir quiconque venait à lui. Aucune ingratitude, aucun échec ne purent jamais ralentir l'élan de sa triple charité, matérielle, intellectuelle et morale.

 

Dans le domaine de l'Idée il fut un novateur et un révélateur ; son génie vigoureux sut infuser une vie neuve aux vieilles traditions momifiées des sagesses mystérieuses et l'oeuvre énorme qu'il laisse derrière lui, pas assez connue encore, sera pour les positivistes de l'avenir une mine inépuisable de théories et de fécondes hypothèses.

 

Dans le domaine de l'Action son oeuvre est multiple ; sa force propagandiste a répandu sur toute la terre ses semences d'idéalisme et organisé des Centres où la Lumière du VERBE est présentée avec une prévoyante sollicitude, selon les facultés réceptives de ceux que rebutent le matérialisme et le formalisme.

 

Mais c'est dans le domaine Moral surtout que Papus, à mon avis, sut accomplir son grand Oeuvre... Tâche d'autant plus féconde que les fatigues en restent inconnues. Vers les ténèbres les plus épaisses la Lumière aime surtout à descendre et le labeur le plus fertile est celui qui s'effectue dans le silence et dans, le secret. Tous ceux-là qui venaient vers Papus, les malades du corps, les martyrs de l'intelligence, les victimes de la méchanceté générale et qui s'en retournaient soulagés toujours et, bien souvent, guéris, combien, parmi eux, se doutent qu'ils ne furent allégés que parce que ce mystique médecin avait pris à l'avance sur ses épaules, par le moyen d'un ascétisme intérieur constant, une partie de leur fardeau ?

 

Je trahis peut-être, ici, les secrets d'une amitié dont je m'honore infiniment, mais il me semble juste qu'au couronnement de cette carrière si remplie, une voix dise tout haut ce que tant de reconnaissances murmurent tout bas. L'érudit, le philosophe aux splendides intuitions, le propagandiste puissant, le conférencier applaudi, le voyant, le thérapeute habile : tous ces aspects admirables s'unissaient en la personne de cet homme de bien dont la dépouille, dès maintenant vénérable, est confiée aujourd'hui à notre Mère commune.

 

Des larmes montent à nos yeux. sans doute, mais nos coeurs savent qu'il n'y a pas de mort. Celui-là que nous saluons avec une brave tendresse, nous a appris que, de ce côté du Voile sont seulement les fumées passagères. De l'autre côté se déploient les splendeurs du Réel. Des larmes respectables et touchantes, tombent sur cette sépulture entr'ouverte. Mais nous savons que, pour les serviteurs du Ciel, la mort est une invisible apothéose.

 

Imitons cet Initiateur qui voulut n'être qu'un ami pour nous et qui fut assez fort pour cacher ses douleurs et ses misères sous un perpétuel sourire.

 

Séchons nos larmes : elles le retiendraient dans les ombres ; et réjouissons-nous comme lui-même se réjouit, depuis trois jours, de revoir enfin face à face le tout puissant Thérapeute, l'authentique Pasteur des âmes, l'Ami éternel et bien-aimé dont il fut le fidèle servant.

 

Disons ensemble à Gérard ENCAUSSE un « Au revoir » vaillant ; et donnons-lui, par nos bonnes volontés désormais indéfectibles, la seule récompense digne des si longues fatigues qu'il a endurées pour nous.

 

Au Père Lachaise, le 28 octobre 1916.

 

PAUL SEDIR

 

 

pour trouver la tombe de Papus au père lachaise à Paris

Voici quelques indications permettant de trouver facilement cette tombe dans l'immense cimetière du Père-Lachaise :

Descendre au métro « Gambetta » et entrer par la porte « Gambetta » (avenue du Père-Lachaise). Une fois la porte franchie, tourner à gauche et suivre la grande allée. A l'intersection des 89e et 93e divisions, tourner à droite et remonter l'allée centrale en comptant 32 tombes (à main gauche). Passer entre la 32e tombe (famille Aubert) et Ici 33e (famille Beauvais), suivre la petite allée et l'on trouvera la tombe de PAPUS, à main droite, à la 38e tombe.