Login/Register

CRPTrad

Connexion
Martinisme

Martinisme

Informations sur le Martinisme ainsi que des travaux martinistes en accès libre et gratuit.

Les groupes à la une

Franc-Maçonnerie - RL ARGO

Franc-Maçonnerie - RL ARGO

Groupes réservé aux Maçons initiés.
MMII

MMII

Groupe réservé aux Martinistes Initiés
Martinisme

Martinisme

Informations sur le Martinisme ainsi que des travaux martinistes en accès libre et gratuit.

EMMANUEL SWEDENBORG 1688-1772

EMMANUEL SWEDENBORG 1688-1772

Dernière mise à jour le Il y a 1592 jours par Hermesophia

EMMANUEL SWEDENBORG 1688-1772

Swedenborg, de son nom véritable, Swedberg, était le fils d'un évêque luthérien de Stockholm. Docteur en philosophie à 21 ans, il se consacra par la suite à des travaux de mathématiques et de physique. Esprit inventif et universel, Emmanuel Swedenborg, au cours de nombreux voyages à l'étranger, poursuivait ses recherches sur le système solaire et la voie lactée, lorsqu'à Londres, en 1744, il eut une vision. Une nuit, un être rayonnant de lumière lui apparut et luit dit: "Je suis le Seigneur Dieu, créateur et rédempteur. Je t'ai choisi pour faire connaître aux hommes le sens intérieur des Saintes Ecritures. Je te dicterai ce que tu devras écrire." Avant de partir, l'être de lumière ajouta: "Je fera de toi un être libéré de la pesanteur et un être qui vivra hors du temps." A partir de cette nuit là, dit Swedenborg, "les yeux de mon homme intérieur furent ouverts. Ils furent propres à voir dans les cieux, dans le monde des esprits et dans les enfers."

Renonçant à sa charge d'assesseur royal des mines, Swedenborg, à l'âge de cinquante-six ans, se consacra à sa nouvelle mission. Ses oeuvres essentielles, toutes écrites en latin, sont les suivantes: Journal des rêves (1744), Les Arcanes célestes, Des terres de l'Univers (1758), Le Ciel et l'Enfer, La nouvelle Jérusalem et sa Doctrine Céleste (1758)n L'Apocalypse expliquée (1759).

Sous la direction de guides qu'il appelle des anges, il visite le monde des esprits qui s'étend au-dessus, dit-il, du monde visible: "Il m'a été accordé d'être maintenant depuis quelques années continuellement et sans interruption dans la société des Esprits et des Anges, de les entendre parler, d'entendre et de voir des choses surprenantes, qui se passent dans l'autre Vie."

Il divise le monde invisible en trois parties: le Ciel, l'Enfer et le Monde des Esprits. Il y a une étroite corrélation entre le monde naturel et le monde spirituel. Il existe une loi de correspondances qui unit ces deux mondes, exprimée au naturel: "C'est là un fait: chacune des choses qui se manifestent dans les trois mondes possède, en son intérieur, son agent qui appartient au monde spirituel... C'est par quoi le monde spirituel anime les choses naturelles, nous dirons que c'est la force entrée sur elle lors de la création première: que cette force abandonne l'une d'elles son action, son mouvement s'arrêtent; ce qui nous oblige à constater que le monde visible, dans son ensemble, n'est que la représentation du monde spirituel."

L'homme est à l'image du Ciel et le Ciel est à l'image de l'homme. macrocosme et microcosme se ressemblent et Swedenborg voit dans le monde céleste "le très Grand Homme": Que le ciel dans tout le complexe représente un seul homme, c'est un arcane encore inconnu dans le monde. Mais, dans les cieux, cet arcane est très connu; l'intelligence des anges y consiste principalement à savoir et à en connaître les choses particulières et singulières; de là dépendent un grand nombre de choses qui, sans la connaissance de cet arcane comme principe commun, n'entreraient ni distinctement ni clairement dans les idées de leur mental.

Chaque cellule du corps humain a sa vie propre et cependant l'homme forme un tout homogène. La société humaine est construite de façon identique. Il en est de même des trois mondes célestes: "On sait en effet que bien que l'homme consiste en une quantité innombrable de choses variées, tant dans le tout que dan la partie, en des séries de fibres, de nerfs, de vaisseaux sanguins ainsi en membres, en dedans des membres, et en parties; toujours est-il cependant que l'homme, quand il agit, agit comme étant un: tel est aussi le Ciel sous l'auspice et la direction du Seigneur."

L'Enfer n'est pas éternel. Les êtres qui habitent le Monde des Esprits vont, après un certain temps, vers le ciel ou l'enfer, d'eux-mêmes, car Dieu n'est ni juge ni bourreau: "Le Seigneur ne précipite personne dans les enfers, mais l'Esprit de l'homme pécheur s'y dirige lui-même, car il va irrésistiblement vers ses semblables."

Swedenborg est persuadé que d'autres mondes que le nôtre existent et que toutes les planètes de notre système solaire sont habitées: "Quand bien même il y aurait un million de terres dans l'Univers et sur chaque terre, trois cents millions d'hommes, renouvelés par deux cents générations dans l'espace de six mille ans... ce nombre de tant d'hommes et d'esprits réunis en une seule masse ne remplirait pas encore la millième partie du cosmos."

Après avoir, en huit volumes, expliqué le sens spirituel de la bible, Swedenborg établit une doctrine nouvelle. Selon lui, les religions obéissent à des cycles, doivent par conséquent apparaître et disparaître. Parcourant les quatre périodes d'un jour sidéral, matin, jour, soir, nuit, elles se développent puis se détruisent. La Nouvelle Jérusalem sera la religion universelle où "le culte sera réduit au minimum et les Ecritures seront comprises dans un sens nouveau, où le dogme de la Trinité sera aboli."

La Nouvelle Jérusalem sera de retour au divin, réalisé sur la terre. Les êtres humains auront appris à remplir leur mission familiale et sociale et auront compris qu'ils sont solidaires les uns des autres dans l'amour du prochain: "La charité consiste à agir avec justice et fidélité en toutes circonstances. Nous sommes solidaires; le crime de l'un est le crime de tous, et la vertu de l'un est la vertu de tous."

Swedenborg n'accepte pas la trinité des Eglises chrétiennes, Dieu en trois personnes. Il la place en Jésus-Christ qu'il considère comme le seul Dieu.

Peu de temps avant sa mort, survenue à l'âge de quatre-vingt-quatre ans, le théosophe suédois disait à un visiteur ami: "Je n'ai écrit que la vérité. Vous serez de plus en plus confirmés dans cette opinion tous les jours de votre vie. A condition que vous vous attachiez au Seigneur et que vous le serviez lui seul. Sa parole du commencement à la fin porte un témoignage incontestable en faveur de la vérité des doctrines que j'a présentées au monde."