Login/Register

CRPTrad

Connexion

Navigation

m. Système immunitaire - Receveur- Transmetteur ...

m. Système immunitaire - Receveur- Transmetteur ...

Dernière mise à jour le Il y a 1321 jours par Hermesophia

Le système immunitaire.
Travaillez sur le thymus, glande endocrine, située à la base inférieure du cou, au milieu de la poitrine, derrière la partie supérieure du sternum. Le thymus serait un organe régulateur du système immunitaire.
Tapoter 20 fois avec le bout des doigts ou le plat de la main le haut du sternum.
Donner du Reïki à cette zone, mains en T.

Le receveur.
Les émotions font surface; des réactions intenses, des symptômes plus marqués apparaissent; le receveur peut éprouver le besoin de s'entretenir; une conversation peut être engagée par le receveur. Le non-verbal est préférable au verbal, chaque fois que le receveur veut s'arrêter à l'une de ses difficultés de l'existence. Le transmetteur lui fournira quelques points de son ressenti, l'écoutera autant que nécessaire pas plus. Le transmetteur cherchera à faire identifier correctement les émotions qui se manifestent : Bâillement, toux, hoquets secousses, soif, pleurs, rires ... On restera sur l'endroit où l'émotion est née jusqu'au retour au calme.

Les résultats varient d'un receveur à l'autre.
Le receveur opère ses choix; il absorbe la quantité de Reïki qu'il juge acceptable. Il participe au processus Il doit désirer recevoir tout ou partie de ce qui est mis à sa disposition. Ce qu'il reçoit vient d'un canal purifié, ouvert par l'initiateur du transmetteur, il n'y a pas à craindre d'aspirer les énergies résiduelles du transmetteur.
Une pathologie qui se manifeste dans un domaine doit être travaillée sur tous les corps subtils. La concentration du transmetteur n'est pas mise à contribution.
Le receveur doit se libérer de toute obligation. Certains receveurs sont nerveux, ont du mal à lâcher prise. Le comportement intérieur peut être différent du comportement extérieur. Le receveur n'est pas conscient de ce qui lui arrive, de ce qui amène la maladie; il n'est pas conscient qu'il crée ou qu'il a créé les conditions de sa maladie. Le receveur devrait se sentir mieux après une action Reïki. Le receveur qui attend un effet risque de mettre en activité les lois du karma qui amènent ce qui est du et non ce qui pourrait être. La maladie enseigne des choses. Quelqu'un qui n'est pas convaincu des choses par lui-même, n'en sera pas convaincu par un étranger.

Le transmetteur.
Il se met en paix avec lui-même, cette paix, il l'a transmet autour de lui. Le transmetteur ne fait pas de la guérison, n'est pas un guérisseur, il est l'observateur neutre d'un système : le Reïki. Le transmetteur est compatissant : il est touché par la douleur du receveur, il est disposé à lui offrir une aide. Le transmetteur est clair avec lui-même : il utilise les réalités, il va à la rencontre des réalités. Le transmetteur est humble : il offre ce qu'il peut offrir, il accepte ses limites. Le transmetteur est tolérant : il n'impose rien, il n'accepte pas les fanatismes. Le transmetteur est honnête avec lui-même, il offre une vérité prudente au receveur. Le transmetteur est calme : il commence où il peut, il fait ce qu'il croit être le mieux pour les intérêts du receveur. Le transmetteur est confiant. Le transmetteur sert le receveur. Le transmetteur reste neutre de façon à ne pas interférer avec le libre arbitre et le processus de vie du receveur. Le transmetteur puise sa force dans l'amour des hommes.
Si le transmetteur ressent de la chaleur dans les mains, dans le corps, des fourmillements, des secousses : il restera en position jusqu'à la normalisation. Le transmetteur ne travaille pas avec sa propre énergie. Certains transmetteurs s'impliquent dans ce qu'ils font, l'énergie est alors partiellement freinée ou interrompue et un drainage naturel de leur énergie va se produire.

Les causes probables de quelques troubles.
Avant la manifestation physique d'un déséquilibre, il est possible de ressentir le phénomène dans un corps énergétique. Ne pas laisser les choses se faire, agir sous contrainte, cela peut provoquer des décharges électriques. Refuser d'intégrer ses sentiments dans la vie quotidienne. Entêtement; les systèmes de pensée périmés. Les tensions, l'ambition, l'anxiété, l'intellectualisation. Refuser le monde en fonction d'un système de valeur appliqué sans discernement. Refus d'être soi-même. Refus de voir le monde et de profiter de lui. Refus de pleurer. Refus de son propre corps. Refus de se reposer, de rassembler les forces nécessaires à l'action. Refuser l'indépendance, ou la dépendance. Obéissance. Refus de prendre conscience de ses colères, de ses tristesses, de ses douleurs, de ses joies. Refus de l'amour. Refus de recevoir sans rendre, sans donner de soi. Refus du don. Refuser de laisser aller, de lâcher prise. Refus des déséquilibres inséparable de la vie sur terre. Accumulation, blocage des émotions. Refus du oui, refus du non. Refus d'une certaine tolérance, d'une confiance dans la vie. Refus de vivre les conflits. Fuite des responsabilités, mise à profit des faiblesses personnelles. Rigidité. La peur de vivre. Les tensions liées à la fixation à un stade premier de développement, à des critères d'analyse, de jugement. Exagération; opinions brutales, partielles et partiales. Refus d'être objectif. Amertume, dureté, compulsion. Déception, frustration. Dépendance. Refus d'accueillir, rejet, peur des responsabilités, refus de s'abandonner à l'autre; peur de se laisser aller, de perdre le contrôle. Tendance à culpabiliser. Attitude pessimiste. Hyper-activité, surcharge de travail. Peur de l'avenir, du passé. Attitude consciente qui manque d'amour d'où ressentiment. Lorsque les champs de l'énergie sont désorganisés ou affaiblis par les tensions émotionnelles, spirituelles, physiques (déséquilibres dans le mode de nutrition par exemple), les schémas de construction de l'individu sont perturbés; au niveau physique, par exemple, la division cellulaire est altérée. La stimulation des champs d'énergie permet de retrouver le schéma initial.
Je t'aime, moi non plus Style courant du message d'amour, mal compris, mal reçu; cela provoque le court-circuit qui importe la maladie ou qui l'exporte. Vous puisez dans vos réserves une énergie qui se déverse inutilement, qui vous vide; quand vous êtes vidé, la maladie vous contraint au repos, parfois à un repos définitif. La maladie est le signal de besoins qui ne sont pas satisfaits. Notre corps ne comprend rien aux abstractions, pour lui tout est réel, il ne sait pas faire la différence entre une menace réelle et, une menace virtuelle.

Pincement des lombaires :
Indécision associée à un besoin affectif. Les efforts pour se faire aimer furent trop intenses, vous devenez rigide parce que la pression subie est considérable. Acceptez le regard des autres, ou l'absence de regard, n'essayez plus de les conquérir.

Digestion
Le système digestif utilise les aliments absorbés. Il exige donc une attitude d'ouverture, d'acceptation. L'exclusion des sentiments contraint l'estomac à digérer les émotions non vécues. Afin de s'ouvrir aux autres et à soi-même, il est nécessaire d'avoir confiance en soi, de se sentir en sécurité. Les problèmes, les conflits que vous avez avalés finissent par vous dévorer. Simple à dire, ayez confiance, ouvrez-vous; difficile à faire tant que vous n'avez pas situé les causes, et vos attitudes qui, aujourd'hui encore, vous enchaînent aux causes. Les ulcères sont liés aux sentiments et à l'agressivité. Pour commencer à guérir, il faut situer la légitimité de l'agressivité; et accepter le besoin vital d'être aimé, éventuellement considéré, respecté ... La constipation marque une difficulté psychologique inscrite dans le système digestif. Il y aurait avidité, attachement à la matière, aux idées; mais aussi crainte de permettre à des difficultés refoulées de revenir en surface. Chercher dans le passé les causes.

La peau
Elle constitue une limite; elle protège et permet le contact. Les personnes sensibles ont une peau à problèmes. Etes-vous en contact réciproque avec les autres? Savez-vous donner et recevoir? Les conflits ne sont pas exprimés, ils sont subis. Qu'est ce qui vous blesse, vous menace? Pourquoi installez-vous une barrière de protection? Quel est le besoin qui vous démange? Qu'est-ce que vous trouvez laid en vous?

Allergies
Le combat contre l'ennemi. Le rejet d'une partie de soi-même. Quel est votre ennemi symbolique; quels sont les aspects de votre vie que vous enterrez? Où sont vos peurs, vos agressions intérieures, vos résistances, ... Cherchez ce que vous rejetez, et intégrez le consciemment.
De quelques troubles : Maux de tête : laisser les mains sur la tête qui souffre, appel, faire le vide, commencer à sentir l'énergie. Zone froide : concentrer l'énergie à la surface de la peau; la saisir de la main gauche, l'éloigner du corps; la sectionner avec la main droite; entourer la main gauche de lumière blanche à l'aide de la main droite; relâcher la boule d'énergie. Replacez vos mains sur la zone. Ressentir. Plus le froid est ressenti, plus le trouble est enraciné. Zone chaude : déséquilibre énergétique qui n'est pas cristallisé. Zone neutre : aucune altération décelable Formes-pensées : elles ont souvent leur source dans des schémas mentaux et émotionnels. De quelques expériences Chacun de nous possède des dons qu'il devrait développer afin d'améliorer ses résultats. Le Reïki peut être complété par d'autres éléments. Constitution de l'être Le premier niveau est constitué de tous temps; il restaure ou constitue les processus vitaux; il assure notre existence physique, notre intégrité affective ou psychique.
Le deuxième niveau est constitué au moment de la procréation, il constitue notre moi dans la réalité quotidienne. Il est étudié par toutes les formes de la psychologie.
Le troisième niveau est constitué des décisions que nous prenons à chaque instant pour assurer notre survie. Les perturbations créent une cuirasse physique, affective, intellectuelle ... Notre ego assure une fonction essentielle de protection, il refuse de perdre le peu qu'il a acquis, il se rassure en réutilisant des schémas qui lui ont servi valablement une fois. Il refuse de se sentir responsable de ses comportements, il fait ce qui a bien fonctionné une fois et qui doit donc bien fonctionner à chaque fois, donc s'il fait ce qu'il doit, il n'est pas responsable. Il refuse souvent de se remettre en cause, ou il va se remettre en cause de telle façon, si la première fois fut un échec, qu'il va paralyser le fonctionnement de l'individu. Il peut vouloir éviter tous dangers et se soumettre à toutes les demandes. Il va donc développer "l'esprit du sacrifice" jusqu'à se vider de toute substance.
Le Reïki s'introduit à travers la cuirasse et renoue avec le premier niveau : l'être peut donner et recevoir. Le coeur et l'esprit peuvent faire Un. La pensée de guérison, la stimulation par l'imagerie et la visualisation peuvent être activées.