Login/Register

CRPTrad

Connexion

Navigation

L'argent et le kabbaliste

L'argent et le kabbaliste

Dernière mise à jour le Il y a 1228 jours par Hermesophia

L'argent et le kabbaliste

Il est normal qu'un homme se serve du matériel dont il dispose pour obtenir les revenus nécessaires à sa subsistance.

Il peut le faire directement : en exploitant lui-même ses biens : maison, animaux, terres, machines, connaissances ...

Cela peut se faire indirectement : en louant, prêtant ses biens, ses connaissances, tout cela est mis entre les mains d'un tiers moyennant une somme justifiée.

Toute peine mérite salaire, tout salaire doit permettre de subvenir dignement à ses besoins.

Le kabbaliste apprécie une société ayant un caractère d'entraide mutuelle, de solidarité.

L'argent devient non un moyen de pouvoir, mais un outil efficace pour contribuer au bien-être de tous et si possible au bonheur.

L'homme valide ne peut être investi de responsabilités sociales que lorsqu'il a satisfait aux besoins de sa famille.

La kabbale exige le respect de la famille, elle n'admet pas qu'un état la sacrifie ou la subordonne à des causes "supérieures".

Le kabbaliste ne se fie pas "aux miracles"; sa vie est fondée sur l'initiative personnelle, sur l'emploi de toutes les forces physiques et spirituelles.

Dieu, dans certaines circonstances, n'hésite pas à montrer qu'il est préférable de repartir de zéro plutôt que de continuer à améliorer ce qui ne peut l'être.

La valeur d'un homme se mesure à sa fidélité à Dieu.

Le véritable chef sera celui qui, par son exemple, son action, sa parole, ses qualités, son rayonnement, sera le représentant de Dieu.

Tout homme peut être appelé au service de Dieu, ce rôle ne pourra pas être limité à une catégorie sociale ou à un type d'homme.

Tout homme doit ajouter l'effort personnel à la position de faveur.