CRPTRAD

Pour un Martinisme qui soit laïque et adogmatique

La plupart des présentations du Martinisme que j'ai pu considérer ont toujours tourné dans des approches historiques et dans une démonstration de filiation. Je vous préviens que je ne jouerai pas à ce petit jeu la : Tout d'abord parce que je ne m'en sens pas l'envie ensuite parce que je n'ai pour l'instant jamais pris le temps de me livrer à ce petit travail de forçat. J'ai préféré profiter d'autres bienfaits du Martinisme et c'est plutôt de cela que j'ai envie de vous présenter.

Le Martinisme même s'il est sur des dimensions initiatiques qui dépassent le grade de Maîtres n'en échappe pas moins aux défauts de l'humain, j'ai donc aussi vécu des choses très négatives non pas à cause mais parce que j'étais dans le Martinisme. Sans jeter le bébé avec l'eau du bain, je voudrais également en parler tout en respectant mon devoir de discrétion. 

Le Martinisme est en vérité une curieuse mixture alliant la spiritualité, la philosophie, le christianisme, les religions, des éléments rituels, … . Depuis que l'homme des origines s'est questionné sur le sens de sa vie puis le sens de la vie, du monde, de l'univers, … des quantités de réponses ont été apportées et ne manqueront pas de venir. Le Martinisme est une de ces réponses et je ne prétends pas qu'elle soit la meilleure. Prétendre détenir la meilleure solution à ce type de question est d'ailleurs une erreur grossière quand on songe à la finitude de nos facultés par rapport à l'infinie complexité du monde.

Le martinisme comporte divers postulats mais je vous averti déjà que s'ils font partie de ses enseignements, ils ne constituent en rien des dogmes. Ils sont juste soumis à votre entendement, votre esprit critique. Nous ne cherchons en rien à convertir, juste à questionner. Ceci dit, mon chemin initiatique m'a fait croiser des hommes qui tout en se réclamant du Martinisme se sont montré d'un esprit on ne peut plus intolérant. Ces "gens là" causent au courant Martiniste autant de tort si pas plus que certains de ses piliers les plus radicaux.

Je crois ici judicieux de reprendre un passage cité dans la précédente présentation. L'Ordre Martiniste n'est pas, ou n'est plus, une Société secrète. Il groupe un ensemble d' "hommes de désir " - selon l'appellation de Louis Claude de Saint Martin - c'est-à-dire d'hommes de bonne volonté mus par le désir de réintégrer consciemment leur patrie céleste.

Qu'est-ce que cela signifie en clair ? Notre tradition qui puise entre autres dans les écrits d'un certain Martinez de Pasqually affirme que l'homme aurait eu un statut pas forcément angélique mais proche et aurait chuté suite à une faute dans notre monde matière. Suite à une deuxième faute (l'homme est décidément incorrigible), nous aurions en plus gâché ce monde de la matière en le rendant tel que nous le connaissons dans l'histoire mais encore aujourd'hui. La souffrance, la mort, le mal et d'autres choses « joyeuses » du même type font partie de la vie de l'homme mais l'homme par sa conduite peut inverser la tendance et amener à réintégrer le monde de la matière et le monde des esprits au divin. Je vous préviens que cette présentation des choses constitue sans doute un raccourci mais elle a le mérite d'être simple pour une première compréhension. Si vous voulez en savoir plus, les explications se trouve dans " Le traité de la réintégration des êtres " de Martinez de Pasqually. Hélas, cet ouvrage s'avère le plus souvent hermétique au lecteur qui n'est pas aguerri aux joies de l'ésotérisme et des écrits alambiqués.

Contrairement à Martinès de Pasqually, qui prétendait obtenir des résultats par des opérations magiques, Papus plus d'un siècle plus tard engagea l'Ordre Martiniste dans ce qu'on appelle " la voie cardiaque ", par opposition à la " voie opérative ". Sans verser dans un mysticisme qui peut devenir une cause de déséquilibre, Papus comme d'autres auteurs mystiques préconisa essentiellement le recours à la prière.

L'âme sortie de Dieu veut retourner à lui. Ce cheminement est interrompu par le péché et l'infidélité. Le cœur de l'homme est donc pris dans un mouvement perpétuel et n'arrivera à accéder au repos que dans l'Eternel.

Certaines âmes parce qu'elles recherchent Dieu par des actions au dehors et non par une quête en elle-même se perdent en travaux (prières, invocations, purifications, mortifications, recherches …) extérieurs pour guérir une blessure qui est toute intérieure. Une prière sincère et désintéressée donne généralement des résultats visibles, et sans qu'il puisse en résulter pour l'intéressé un danger ou un risque quelconque. Tandis que la voie opérative, qui vise à commander aux forces et aux êtres de l'invisible, expose le néophyte aux plus grands dangers (Dangers magiques selon certains et surtout psychologiques selon moi).

Made with Pingendo Free  Pingendo logo